Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1chat entre 2 arbres

1chat entre 2 arbres

Un blog, plusieurs catégories.


Between (Entre les mondes)

Publié le 18 Novembre 2012, 22:13pm

Between (Entre les mondes)

Aujourd'hui, en me promenant sur internet, je suis tombée sur un e-book qui a particulièrement retenu mon attention. Dès les premières phrases, l'histoire m'a captivée. Il n'est pas très connu, alors je vais le partager ici, chapitre par chapitre. Je vous conseille fortement de lire cette première partie jusqu'au bout, vous ne le regretterez pas. 

(N'hésitez pas à laisser vos commentaires, et à dire ce que vous en pensez.)

M.

"ENTRE LES MONDES"

Chapitre 1- La rafle

Un soleil différent de mon monde d’origine se lève pour la septième fois devant mes yeux. Cette nuit a encore été agitée par des cauchemars atroces. Charlie et Jake, mes cousins, me manquent terriblement ainsi que Tante Suzanne. J’espère qu’ils ne leur arriveront rien pendant que je tente l’impossible pour les sauver. Ils m’ont accueilli dans leur famille lorsque mes parents sont décédés sous les bombes nucléaires chinoises quand la troisième Guerre Mondiale a été déclarée. Dix années se sont écoulées depuis, et malgré les peines que Tante Suzanne se donne pour combler le vide qu’ont laissé mes parents, il y a toujours le manque de la chaleur tiède et douce d’une mère. Je ne peux pas me permettre de perdre la seule famille que je possède aujourd’hui. Ils sont tout ce qu’il me reste et c’est pour eux que je suis là.
Tante Suzanne est un petit bout de femme exceptionnel et c’est un réel plaisir de vivre à ses côtés. Elle est une véritable mère pour qui que ce soit. Elle réside dans les quartiers périphériques de la ville. Une maison plutôt vieillotte pour l’époque. Actuellement, le métal est un matériau à la mode. Trop froid à mon goût. Elle est veuve depuis quelques années. La guerre a assassiné son mari.
Tante Suzanne à deux fils. Charlie et Jake. Charlie est un garçon de six ans. Un véritable petit ange aux boucles dorées et aux yeux d’argent. Il est tellement innocent au milieu de cette guerre épouvantable qui éclate sur la planète. Jake est un grand jeune homme de douze ans, brun et les cheveux courts. La mort de son père au front l’a traumatisé et a bouleversé sa façon de vivre si bien qu’il se renferme sur lui et ne cesse de pester contre la guerre.
« Joyeux Anniversaire Ethan ! S’exclament Tante Susanne, Charlie et Jake assis autour de la table de la cuisine.
Je viens de souffler les bougies de mon dix septième anniversaire quand on frappe à la porte. Personne ne vient nous rendre de visite d’habitude, surtout à cette heure du soir. Je distingue l’inquiétude se dessiner sur le visage de Tante Suzanne.
« J’y vais, je lance.
_ Non Ethan. Reste ici et garde tes cousins, me dit-elle su un ton assuré mais laissant transparaître une certaine anxiété. »
Elle se lève et emprunte le couloir menant à la porte d’entrée. Une voix se fait entendre :
« Ouvrez ! Police nationale. »
J’entends les pas de Tante Suzanne marquer un arrêt. Je me dresse aussitôt et demande aux enfants de me suivre à l’étage. Je gravis les marches des escaliers à toute vitesse poussant Charlie et Jake devant moi qui se mettent tout de suite à éclater en sanglot puis je les fais mettre au lit.
« Restez calme. Tout va bien. Je vais voir Tante Suzanne. »
Je redescends au rez-de-chaussée et me rends directement à l’entrée où je trouve Tante Suzanne devant les agents de Police. En m’entendant arriver elle se tourne et me jette un regard.
« Tante, vous pleurez ?
_ En raison du nouveau traité, les femmes et les enfants de moins de quinze ans seront arrêtés par la police puis emmené dans des camps dans lesquelles ils serviront leur pays par leur mort ou leur travail apporté à la patrie, déclare l’un des agents. »
Je regarde à mon tour Tante Suzanne. Ce n’est pas possible. Notre propre pays ne peut pas nous infliger de telles atrocités. J’arrache le papier des mains de l’agent et l’examine. Il a raison. Une furie monte en moi. Mes nerfs se mettent à tressaillir. Je me retiens à l’encadrement de la porte au risque de m’écrouler littéralement au sol.
« Reprenez votre fichu papier et faites en sorte d’arrêter cette guerre ! »
Puis je claque la porte et la ferme à double tour. Il ne faut pas rester là. Les agents n’auront pas de difficulté à ouvrir la porte ! Je prends Tante Suzanne dans les bras. Peut être pour la dernière fois. Non. Je ne les laisserai pas faire. Nous montons à l’étage sous les menaces des agents. Jake nous attends sur le pallier. Il m’a désobéit et à entendu toute la conversation. Les mots ne sortent pas et nous restons un moment à tous se regarder. Puis Jake court ouvrir une fenêtre et se met à crier au voisinage :
« Une rafle ! C’est une rafle ! Fuyez ! »
Et il s’écroule désespérément au sol. Je m’accroupis à ses côtés, lui prend les épaules et je chuchote à son oreille :
« Jake… veille sur ton frère et ta mère. Quoi qu’il arrive… je te promets de venir vous chercher. »
Je sors de ma poche un collier en or au bout duquel est accroché un pendentif en forme d’œuf que je dépose dans le creux de sa paume. Ce bijou est le seul héritage de mon père et il a une valeur inestimable pour moi. Je sais que Jake en prendra soin.
« Jake, garde-le prêt de toi. Il vous protègera. Vous pourrez toujours … le vendre si vous avez faim. »
Soudain, une détonation éclate et nous fait perdre l’équilibre. Une fumée épaisse et noire ne tarde pas à envahir la maison et des agents sortent de l’obscurité. Ils ont manifestement fait sauter la porte d’entrée. Tante Suzanne leur fait barrière de son corps et les implore de laisser les enfants. Un des agents s’approche d’elle et l’envoie mordre la poussière. Je crie, je hurle ! La scène est atroce à regarder. On me tient fermement les bras et les jambes pendant que deux hommes arrachent Charlie et Jake des jupes de Tante Suzanne. Je leur crache à la figure et j’obtiens en récompense une rouée de coup qui me cloue au sol, la tête contre le plancher. Mes oreilles me font l’effet d’être bouchées. Je n’entends qu’un simple bourdonnement aigu résonner contre les parois de mon crâne. Mes paupières pèsent des tonnes. Je perds connaissance.

Commenter cet article

Mathieux duclard 24/11/2012 18:06

Le début n'est pas très clair, on est tout de suite dans l'histoire. Celà dit j'adhère totalement ! Ce côté destabilisant nous plonge directement dans le sujet de l'histoire. Quelques fautes de syntaxes mais je n'aurai pas fait mieux.

M. 24/11/2012 23:59

Nous prenons toutes ces remarques en considération. C'est fait pour ça. C'est vraiment gentil en tout cas de nous soutenir, merci beaucoup. La suite sera mise en ligne très prochainement, si cela vous intéresse.

Léa H. 19/11/2012 17:17

J'adore! J’attends la suite!! ♥

Léa D. 18/11/2012 22:42

La suite, la suite, la suite!!!!!!

Articles récents