Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1chat entre 2 arbres

1chat entre 2 arbres

Un blog, plusieurs catégories.


Between (Entre les mondes) (2)

Publié par ManonLdy sur 24 Novembre 2012, 13:34pm

Between (Entre les mondes) (2)

Voici la suite de l'histoire "Entre les mondes", qui va encore plus retenir votre attention. Si vous n'avez pas lu le début, il est temps de le faire, en allant à la page d'accueil. Accrochez-vous bien. 

M.

 

Chapitre 2: La faille

Une chaleur douce vient effleurer mon visage, puis la lumière éclatante du soleil m’oblige à ouvrir les yeux. Ma tête me fait affreusement souffrir et je suis allongé de tout mon long sur le plancher. Soudain, les évènements de la veille refont surface. Les agents, Tante Suzanne étalée sur le sol, les cris de Charlie et Jake… Je me redresse en position assise et observe la pièce baignée d’une lueur laiteuse. Les rayons du soleil qui filtrent à travers les fenêtres révèlent la poussière qui gravite lentement dans toute la maison. Je me lève avec quelques hésitations et je tombe directement sur ma figure dans le miroir de la salle de bain. Je peine à me reconnaître. Mon visage est maculé de sang séché. Je fais couler de l’eau et me frotte le front et les joues avec du savon puis je secoue mes cheveux blonds pour les débarrasser de la poussière. Je m’observe une seconde fois. Mes traits semblent être endurcis. Je remarque que ma chemise est en lambeaux, je la déchire et la jette dans le lavabo, puis j’enfile un tee-shirt au passage. Je descends l’escalier à grand pas. Bien sûr, les agents n’ont pas pris la peine de remettre la porte sur ses gonds. Je sors la tête à l’extérieur et un vent glacial me gifle la joue droite. Puis une seconde surprise m’arrache un cri. Le quartier a été complètement dévasté. Certaines maisons sont réduites en un tas de gravats, d’autres n’ont plus de toit ou de façades. Il règne une atmosphère apocalyptique.
Je regarde les ruines depuis un moment, on dirait que le quartier a été bombardé pendant mon sommeil. Peut-être que les aviateurs ennemis ont largué des bombes bactériologique, ce qui plongerai la ville dans le chaos et la maladie, mais j’en doute sinon je ne tiendrai pas debout à cette heure-ci. Assis face à la rue déserte je ne peux m’empêcher de songer à ce que subissent Tante Suzanne, Charlie et Jake. Où a-t-on pu tous les entasser ? Et dans quel but ? Ils sont d’ailleurs peut-être déjà morts. Cette seule image me terrifie. Je suis pris d’une angoisse quand soudain une main attrape mon épaule et me tire de mes pensées. Je me retourne farouchement et observe le vieil homme qui se traîne et me tend son bras désespérément. Quand il relève sa tête ensanglantée je reconnais tout de suite M.Vaker, l’épicier et voisin de Tante Suzanne. Je l’assoie au sol contre le mur et prend soin à ce qu'il soit correctement installé. Il nous a apporté une grande aide pour nous nourrir lorsque Tante Suzanne avaient de fortes dettes à payer. C’est un homme bon et je me dois de l’aider en retour. Je ne lui pose pas de question sur sa femme, on est tous dans le même cas.
« Monsieur Vaker, vous devez vous soignez. »
« Ethan, il n’y a rien à faire pour moi. Mais toi tu es jeune, fort et intelligent. Tu peux encore changer le cours des choses, tu peux retrouver ta tante et tes deux cousins, me dit-il dans un soupir. »
Je prends le temps de considérer ses paroles et j’y porte un intérêt soudain.
« Comment ? Vous savez où on les a amené ?
_ Il existe une faille, une fissure, dans notre univers qui nous permet…
_ Qui nous permet quoi Monsieur Vaker ?, je demande en le secouant pour ne pas le laisser s’endormir.
_ Qui nous permet de voyager dans un autre univers, semblable au notre, mais dont la nature est encore presque vierge. »
Je bois ses mots. Le discours de Monsieur Vaker est totalement invraisemblable et n’importe qui pourrait croire que ce vieil homme a perdu la tête. Mais je n’en pense pas un mot. Ses yeux ne me trahissent pas. Mais pour le moment je ne comprends pas où il veut en venir. Il continue avant que je ne le questionne.
« C’est dans ce monde parallèle que les femmes et les enfants sont envoyés.
_ Dans quel but ?
_ La fin du monde est proche et cet autre univers est une issue de secours. Avant que l’humanité ne s’autodétruise et que la guerre ne dérègle le système de la Terre, le gouvernement a tenu à conserver l’espèce humaine en envoyant les femmes et les enfants dans le monde parallèle.
_ Comment y accède-t-on ?
_ Le gouvernement a son propre moyen d’accès au ministère mais tu ne ferais pas trois pas dans le bâtiment que des agents te mettraient en prison.
_ N’y a-t-il pas d’autres façons? Si c’est le seul, je trouverai un moyen de m’infiltrer dans le ministère. »
M. Vaker me regarde un instant puis étouffe une quinte de toux.
« Il existe un grand chêne dans les plaines à deux heures de marches d’ici en direction de l’ouest. Grimpes y et il te conduira tout droit dans cet autre monde. »
Je ne vois pas bien comment un chêne m’aiderai dans ce voyage mais je ne pose pas d’avantage de question. M. Vaker semble épuisé et je l’aide à rejoindre son domicile, du moins ce qu'il en reste. Je reste déjeuner avec lui malgré la discussion peu animé puis le couche dans son lit. Je le regarde une dernière fois, ne sachant pas ce que me réserve l’avenir et je quitte la maison.

 

Commenter cet article

T.P 24/11/2012 18:10

J'adore ! Cà me rappelle Harry Potter quand ils doivent s'infiltrer dans le ministère ! C'est génial !

Articles récents